Orlinda Lavergne

Je suis arrivée à Mulhouse il y a cinq ans, parce que j’y ai détecté son potentiel et son extraordinaire énergie. J’ai eu la chance de pouvoir m’inscrire dans une longue tradition de la ville, qui est celle des murs peints. De plus en plus, les fresques de Mulhouse sont connues de toute l’Europe et des visiteurs viennent tout spécialement pour les admirer. Ce n’est pas une ville touristique à l’alsacienne, elle peut agir sur d’autres leviers que sont la créativité, l’ouverture d’esprit, l’innovation et l’audace.